Transition intérieure et méditation Vipassana

Penser autrement: 

Transition intérieure... on est nombreux à en sentir la nécessité, mais qu'est-ce que c'est, en somme ?

Questionner nos habitudes mentales, nos comportements "instinctifs", nos vagues émotionnelles, nos croyances profondes qui structurent notre façon d'être au monde, changer de l'intérieur... Bon d'accord,  mais plus précisément, comment fait-on ?

Les êtres humains sont des entités complexes. Quand on dit Je, il faudrait déjà savoir quelle partie de Soi prend la parole. Le modèle en quatre quadrants de Ken Wilber (intérieur, extérieur, individuel, collectif) donne - me semble-t-il - une vision utile (cf. ci-dessus : Nos productions - dispositif Seul ou relié) . Selon que l'on veuille intervenir sur son Moi/Soi intérieur ou extérieur, individuel ou collectif, les outils sont différents, les manières de faire diffèrent.

Moi, aujourd'hui, je voudrais partager ici le chemin que je viens de suivre pour tenter d'arriver jusqu'au coeur de moi, et lâcher un mal-vivre persistant depuis quelque temps.

Ce chemin se situe principalement dans les deux quadrants Moi intérieur, et passe aussi bien par mes territoires individuel que collectif : il s'agit de la méditation Vipassana.

***

Une session Vipassana, c'est 10 jours en silence, à coup de 10 heures de méditation par jour. 250 participants, moyenne d'âge entre 35 et 40 ans, la plus jeune avait 16 ans ! la plus âgée 75. Rude au début mais bienfaisant et croyez-le ou non, à la fin on en redemande. Profond, authentique, cohérent. Pas sectaire. Scientifique, quasiment. On ne te demande pas de changer de religion ni de vénérer un quelconque gourou. Ni visualisation, ni mantra à répéter, ni créations imaginaires quelles qu'elles soient. Juste les sensations physiques. Bon, un bémol : le mode pédagogique est un peu vieillot fondé sur la répétition et la lenteur, mais on pardonne au vu de la consistance du contenu.

La voix enregistrée du birman-indien S.N.Goenka, très riche en harmoniques, profère son enseignement avec les intonations d'un vieux conteur du fin fond de la taïga. Il laisse trainer ses fins de phrase dans un râclement subvocal. Etonnant et légérement hypnotique.

Entre les sessions, on respecte le Noble Silence. A savoir on ne communique pas avec les autres. Cela fait du bien d'éteindre un peu le vacarme du monde. Bienfait aussi de l'alimentation frugale. Le corps souffre sans doute, notamment la nuit sur cette planche sans matelas là où j'étais. Mais je l'ai vécu comme une sensibilisation. Prêter plus d'attention au physique pour mieux capter les sensations intérieures par la suite.

Ce qu'on appelle chez nous l'inconscient depuis Freud, Bouddha l'avait identifié il y a 2500 ans comme étant notre corps qui émet sous forme de sensations infimes des signes de ce qui se passe à l'intérieur. Un esprit aiguisé qui  s'est entraîné à rester vigilant, scanne constamment le corps entier de l'intérieur pour en guetter les apparitions et disparitions. Connexion à soi et acceptation de l'impermanence. Car tout est flux constant, rien n'est stable. Sauf ce à quoi on s'accroche....

Impermanence de toute chose. Let it be. Accepte ce qui est et laisse les choses dispara^tre, Et si ce qui surgit est une douleur qui fait mal, localise-la dans ton corps et mets ta conscience au coeur du cyclone. Avec un peu de patience et d'entraînement, tu sentiras ta douleur s'évaporer et le noeud se dissoudre.

Ne laisse pas les sensations les plus bruyantes phagocyter ton attention. Passe et repasse en revue systématiquement toutes les parties du corps,  et écoute-les parler... comme en sociocratie ! la parole circule systématiquement dans le cercle. Tout membre doit pouvoir être entendu. Même - et peut-être surtout - celles-ceux qui parlent doucement. Le parallèle avec la sociocratie, c'est moi qui le tire. :-) J'aime ça !

Chaque sensation captée et acceptée est une manière de dénouer un noeud resté hors de la conscience. Il s'agit donc de "nettoyer" pas à pas toutes ces tensions accumulées sous forme de douleurs et/ou tensions en en prenant conscience. Et non seulement il y a le passé à nettoyer, mais le futur à libérer en évitant de rajouter de nouvelles douleurs et tensions.

Et pour cela, il faut arrêter d'émettre des négativités: car chaque négativité émise,  te revient en retour démultipliée.  Même chose pour les messages positifs. C'est une loi de la nature, une  vérité objective qu'on peut observer. La cause est en toi,  trouve-la. Mais pour autant, reste équanime, c'est-à-dire maintient ton esprit en équilibre entre désir et aversion. Observe ce qui est. Ne prends pas parti émotionnellement. Equanimité = détachement. Equilibre de l'esprit et impermanence des choses. Ce sont des lois de la nature. Sors de l'ignorance.

Ni bonnes, ni mauvaises, les choses sont, avant tout. Alors observe. observe. Phénoménologie de l'esprit. Renonce à réagir en te laissant gagner par tes émotions. Par contre agis l'esprit tranquille. Vipassana ne prône ni l'inertie ni la soumission, mais bien l'action réfléchie et délibérée. Bon, ça, c'est plus vite dit que fait. On va voir ce que cela donne au contact de la vie de tous les jours...

Et pour expliquer en quelques mots ce que c'est que Vipassana, il est suggéré de donner ces quatre points: 

  • Shila (avoir une moralité responsable et rigoureuse), 
  • Samadi (entraîner la maîtrise de son esprit), 

Panya (cultiver l'équanimité, la sagesse), 
Mutta (?) (terminer toujours sa méditation par un moment d'ouverture du coeur à l'amour et à la compassion). 

Intériorité et pardon. 
Trouver sa verticale en cessant de s'appuyer sur l'autre comme cause de mes émotions. Je crois que c'est cela, le pardon. C'est déjà ce que raconte la Ccommunication NonViolente : l'autre n'est que le déclencheur d'une source qui est en moi. Mais mieux que la CNV, je trouve que Vipassana donne concrètement le moyen d'y parvenir en te reconnectant à des sensations physiques, et en proposant une pratique. Car on nous l'a bien répété, c'est bien de comprendre et de savoir expliquer, mais si vous ne pratiquez pas, vous n'arriverez nulle part.

Je vais me le tenir pour dit !

www.dhamma.org - sessions dans le monde entier, mais attention il faut s'y prendre très tôt pour être sûr-e d'avoir une place.