Faire la paix avec la Terre - une réponse des sagesses du monde au changement climatique - 2

Penser autrement: 

Puis ont parlé :  

Dominique Bourg , professeur d'Université, a montré à quel point l'enrichissement personnel (remplir son caddy ou son portefeuille).restait le seul objectif commun réellement partagé à travers les différentes cultures dans notre société occidentale contemporaine. C'est l'idée la plus répandue que l'on se fait de l'accomplissement de l'humanité de chacun, avec la conviction que les technologies règleront le problème,,,

Le +2° est un objectif politique que s'est fixé la COP21, mais la réalité veut qu'on soit très probablement en route pour +4° à la fin de ce siècle. Or rien de pareil n'a jamais été mesuré dans l'histoire de la planète. Il s'agit d'un véritable saut dans l'inconnu, qui risque fort d'entraîner des conséquences difficiles à absorber pour les humains : désynchronisation entre périodes de floraisons/fructifications et besoin de reproduction des animaux, migrations animales et végétales massives, canicules plus fréquentes, acidification des océans et montée des eaux,  détérioration de la météo, etc...

L'humanité est devenue une force géologique (anthropocène). La partie habitable de la Terre (l'écoumène) va se rétrécir. Les ressources vont manquer ainsi que les sources d'énergie.... Or il est prévu que nous soyons 8 milliards en 20125 et 10 milliards en 2050...

 

Rien n'a manqué au tableau. On n'était pas très joyeux à la fin de cet exposé.... assez piteux même, comme honteux....

 

Michel-Maxime Egger, théologien orthodoxe et lobbyiste pour les pays du Sud, a évoqué le travail de l'écopsychologue Joanna Macy, et sa façon de voir le changement de cap radical - à la racine de notre être -  comme seule utopie réaliste. Nous devons commencer par honorer notre peine pour le monde, et transformer notre peur en conscience;changer notre regard sur l'être humain  qui se comporte actuellement comme un être hors-sol; renouer avec un mode de connaissance contemplatif et devenir les jardiniers aussi bien de la planète, que de notre monde intérieur.

 

 

 

Virgile Rochat, pasteur de l'Eglise protestante, a parlé de la responsabilité des chrétiens dans la situation actuelle, en rappelant que les religions sont aussi des cultures et ne relèvent pas que de la sphère privée. Le christianisme affirme que Dieu est amour, mais le monothéisme qui se pose comme détenteur de LA vérité a apporté répressions et violences. La conception linéaire du temps imposée par les nomades du désert a instauré des comportements prédateurs et la génération de déchets- La désacralisation de la nature et entraîné le désenchantement du monde (suppression des pélerinages, des reliques, des rogations, des fêtes....). Mais il a aussi pointé la liberté et la responsabilité que Dieu, en se retirant à l'extérieur de sa créature, laisse aux humains.

 

 

1ère de couvertureIl a ensuite beaucoup été question de l' Encyclique du Pape François, sur l'écologie tant il est vrai que ce texte sort de l'ordinaire des messages émis par la papauté catholique et que le Pape François est un personnage d'une audace, d'un charisme et d'un courage extraordinaires dans les réformes qu'il entreprend.

 

 

 

 

Lire aussi à ce propos  le billet d'Alain Maillard dans Sept-info

Et les moments d'échange avec le public ont mis en lumière 

  • la réalité du méditant-militant,,
  • la nécessité de passer du pouvoir sur au pouvoir de ou au pouvoir avec, 
  • la nécessité de réintroduire la matrice de la Terre, de la Nature dans l'éducation des enfants,
  • Vivons joyeusement la sobriété heureuse, c'est le message qui a le plus de chance de passer !
  • Les grands dégâts majeurs infligés à l'environnement ne sont pas encore visibles, mais ça va venir...Voir que l'on n'est pas tout seul, se connecter aux mouvements qui existent déjà
  • Développer l'intériorité, quel que soit le nom qu'on lui donne
  • ​Régularité des pratiques spirituelles quotidiennes : méditation assise, marche silencieuse, bénir son repas, entendre les cloches quand elles sonnent, développer un état d'esprit de gratitude.
  • la situation catastrophique peut être une chance pour les générations futures, comme toutes les épreuves. Si tu n'en meurs pas, tu en sortiras plus fort ! Retrouver le sens des communs et une meilleure relation entre l'individu et le collectif
  • La ​question démographique ....pourrait compromettre tous nos efforts....