New Story Summit Findhorn : session 14

Ressources: 

Tisser la trame du nouveau récit

Images

Diaporama (sur fond d'impro piano et voix) des dessins de Barbara (près de 150 !) qui a dessiné pendant toutes les sessions : elle a cherché à capter les émotions, les énergies, les non-dits. Elle met ses images à la disposition de l'auditoire, les publiera sur son site et les remettra aux archives à Findhorn.  http://touchdrawing.com/home-dkc/

Mots: (résultat de l'atelier poésie d'hier Samara Gaev & Alixa)

L'art permet d'être témoin de soi-même et du monde. Pouvoir des mots. Alternative aux langues de bois de toutes sortes.
Propose impro collective en constituant une chaîne de mots par association. "Quand on te dit ...., qu'est-ce que tu vois ? " On n'est pas obligés de tous voir la même chose. C'est un réservoir de mots. Elle propose à chacun de puiser dans ce réservoir et de tisser en 10 minutes un tissu de sens. Pas besoin de penser beaucoup. Se laisser porter par les mots. Elle donne un bout d'exemple. Poésie!

On peut ou non s'aider des amorces :  On (je, nous) vient de... on va vers....

Demande à chacun de choisir une phrase, ou deux mots de son écrit. Elle appelle quelques personnes au centre, les range en demi-cercle. Chacun lira la phrase soulignée. Poème collectif. 2ème tour après que les gens aient changé de place.Chacun dans sa langue. Un homme chante son texte.

Appel à gérer le temps comme un bien commun !

Dernières annonces pour des réunions de groupes

 

 

Conclusions d'une participante sur FB :

...nous les humains, on ne va jamais y arriver. Quelles que soient l'intelligence et les compétences et les collaborations que nous développerons, les structures non-hiérarchiques que nous mettrons en place.... Si nous ne faisons pas la place à une intervention divine, on n'y arrivera pas!  On restera tout seuls entre nous, avec nos rêves et nos visions à portée limitée. ... On doit avoir moins de savoirs, laisser plus de place au vide, protéger ce vide et apprendre la prière du coeur.

Un autre :

Cette expression "Nouveau Récit" me semble induire une fausse polarisation entre l'ancien et le nouveau. Nous devons honorer une part de ce que nous avons accompli jusqu'à ce jour ! Les humains ont aussi fait des choses formidables. Est-ce que cet effort focalisé sur l'écriture de de "nouveau Récit" n'est pas un peu comme vouloir mettre à la voile sans avoir levé l'ancre ? Ce dont nous avons besoin, c'est de raconter TOUTE l'histoire, y compris les histoires qui réinterprètent le passé pour lui donner du sens et honorer ce qui s'est fait jusqu'aujourd'hui.