Les Coopératives d'habitation à Genève : mémoire de DESS de Léo Biétry

Penser autrement: 

Ressources: 

Pour celles et ceux qui s’intéressent à la forme coopérative d’habitation à Genève, voici une centaine de pages pour faire le tour de la question

- en général : forme juridique de la coopérative, origines et le développement du mouvement coopératif et politiques fédérale et genevoise du logement.

- et plus particulièrement à Genève : inventaire des différentes coopératives genevoises, diversité de leurs buts, de leurs modes d’organisation, de leurs ressources et de leurs projets.

- pour terminer sur une analyse des enjeux et quelques perspectives d’avenir. Fiches illustrées à l’appui.

Le travail se termine sur les conclusions suivantes :

Si la coopérative d’habitation type n’existe pas, rien ne nous empêche, en guise de synthèse des différents aspects abordés dans ce travail, de tenter de brosser le portrait de la coopérative d’utilité publique idéale :

 La coopérative idéale offre à ses membres des logements abordables.

 Elle est consciente de sa responsabilité sociale à l’égard des personnes défavorisées ou fragilisées.

 Elle reconnaît la dimension urbanistique de son activité de maître d’ouvrage, et considère le logement et ses abords comme un champ d’innovation. Elle veille notamment à intégrer dans ses opérations tous les locaux et services nécessaires à la production d’un environnement urbain à la fois convivial et dynamique.

 Dans cette perspective, elle implique judicieusement ses sociétaires dans les phases de programmation et/ou de conception, et collabore avec des professionnels compétents, soucieux de qualité architecturale et urbaine.

 Elle permet à ses sociétaires une appropriation maximale de leur environnement résidentiel, en leur accordant notamment une grande liberté dans l’aménagement de leur logement.

 Elle lutte aussi bien contre le désengagement de ses membres que contre des comportements sectaires.

 Elle s’efforce de trouver le juste équilibre entre gestion professionnelle et fonctionnement démocratique.

 Elle anticipe l’évolution tant de son parc immobilier que de la population qui l’occupe. Elle évite notamment les calculs à court terme.

 Elle fait preuve d’inventivité dans le montage et la gestion de ses opérations.

 Elle est ouverte aux échanges d’expériences, et recherche activement la collaboration avec des acteurs complémentaires, coopératives d’habitation ou autres.

 Elle entretient des rapports privilégiés avec les pouvoirs publics, tant cantonaux que communaux.

 Enfin, elle participe activement au débat public sur la ville, à travers toutes formes de publications, expositions, prises de position ou forums de discussion.

texte intégral